Revue de presse

Après les drames au Bangladesh, les industriels discutent des indemnités

Douze enseignes, dont Inditex (Zara) et Primark, participent à des discussions à Genève pour avancer dans la mise en œuvre des plans d’indemnisation attendus par les victimes des drames de Tazreen et du Rana Plaza.

Les groupes de textile qui se fournissaient auprès des usines Tazreen et Rana Plaza au Bangladesh discutent avec des représentants des travailleurs pendant deux jours à Genève. Entamés mercredi, les débats doivent permettre de préciser le mécanisme de distribution des indemnisations à accorder aux victimes et à leurs familles. Les discussions ont d’abord porté sur l’indemnisation des victimes de l’incendie de l’usine de Tazreen, qui a fait 112 morts en novembre 2012. Puis ce jeudi, sera évoqué le cas des victimes de l’effondrement, le 24 avril dernier, de l’immeuble de confection du Rana Plaza, qui a fait 1133 morts.

Ces discussions se tiennent à huis clos à l’Organisation internationale du travail (OIT). L’Association bangladaise des fabricants et exportateurs de textile (BGMEA) a été conviée, ainsi que d’autres ONG. Du côté des industriels du textile, douze marques ont accepté de venir à Genève. Il s’agit d’Inditex (Zara), Primark, El Corte Inglés, C & A, l’anglais Bonmarché, Camaïeu, Kik, Loblaw, Mascot, Matalan, Store Twenty One et Karl Rieker. Elles vont devoir prouver que l’argent promis a été ou va être versé. «Les victimes de l’incendie à Tazreen attendent depuis plus de huit mois une indemnisation complète et les victimes du Rana Plaza luttent pour survivre depuis que le bâtiment s’est effondré» rappelle Vanessa Gautier, de Peuples solidaires pour le collectif l’Éthique sur l’étiquette.

Dans le cas du Rana Plaza, l’indemnisation dépassera les 54 millions d’euros

En avril, C & A, le discounter allemand KiK et l’espagnol El Corte Inglés avaient accepté de contribuer à un plan d’indemnisation de 4,3 millions d’euros pour les victimes de l’incendie chez Tazreen. Le distributeur américain Walmart, qui achetait pourtant 40% des articles fabriqués chez Tazreen, n’avait lui pas suivi cette démarche, selon IndustriALL (représentation des travailleurs du textile dans le monde). Les 4,3 millions sont «distribués aux victimes et aux familles des défunts par les employeurs» directs ou indirects. Les industriels installés au Bangladesh, mais aussi les marques étrangères qui sous-traitent leur production dans ces usines, sont sollicités. Gouvernement et associations d’employeurs du Bangladesh participent aussi.

Dans le cas du Rana Plaza, IndustriALL estime qu’à long terme l’indemnisation dépassera les 54 millions d’euros. Ce plan d’indemnisation, plus important par son ampleur, est aussi plus complexe à mettre en place: pour tenter d’accélérer le processus, il sera bâti sur la base d’un mécanisme déjà élaboré par IndustriALL et ses affiliés bangladais après l’effondrement de l’usine Spectrum, qui avait fait 64 morts en 2005.

Ces plans d’indemnisation actuellement discutés n’ont aucun lien direct avec l’accord sur l’incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh qu’une trentaine de grandes enseignes avaient signé.

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/09/12/20005-20130912ARTFIG00450-apres-les-drames-au-bangladesh-les-industriels-discutent-des-indemnites.php

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

RF Coax Cable,Fakra connect... |
Kunfeyekun yan sanayi |
Roberts 1990 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discount rolex watches &...
| Surleterrain
| Dpointgroupbarcelona