Revue de presse

La mode à tout prix – ARTE

http://info.arte.tv/fr/la-mode-tout-prix

Il y a deux ans et demi, l’effondrement d’un atelier du textile au Bangladesh a coûté la vie à plus de 1138 personnes. Cet évènement tragique a-t-il eu un impact sur les conditions de travail dans ces ateliers de fabrication à bas prix ? Ou encore sur l’industrie du textile en Europe ? Quel rôle peut y jouer le consommateur ? Le documentaire « la mode à mort » tente de répondre à ces questions. Un élément de réponse nous vient également de Berlin, où s’est déroulée la Fashion week, lors de laquelle l’on retrouvait un salon entièrement dédié au commerce équitable. Le magazine Vox Pop nous montre les conditions de travail difficiles auxquelles doivent faire face des ouvriers du textile en Europe de l’Ouest, notamment en Bulgarie.

La mode à mort

vendredi 23 octobre à 8h55 (53 min)

Rediffusion mardi 03.11 à 8h55
Déjà diffusé mardi 20.10 à 20h55

Deux ans et demi après l’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza, à Dacca, qui a fait 1 138 victimes, où en sont les conditions de travail dans l’industrie textile au Bangladesh ? Comment mettre les grands groupes occidentaux devant leurs responsabilités ?

Avec 1 138 victimes, majoritairement des jeunes femmes, l’effondrement en avril 2013 de l’immeuble du Rana Plaza, qui abritait, dans la périphérie de Dacca, plusieurs ateliers de confection, a provoqué un électrochoc mondial. La catastrophe a mis en évidence les conditions de travail proches de l’esclavage imposées aux ouvriers, qui fabriquaient en majorité du prêt-à-porter destiné au marché occidental. Face au scandale, les grandes marques et enseignes ont dû réagir : 200 d’entre elles (dont Auchan, Carrefour, Camaïeu, Casino ou Leclerc en France) ont signé un accord sur la sécurité des usines textiles au Bangladesh. Elles se sont engagées à contrôler les conditions de travail en vigueur chez leurs fournisseurs locaux, afin que celles-ci soient en conformité avec les normes internationales.

Dans le sillage de l’avocate française Marie-Laure Guislain, qui représente des ONG luttant contre les « crimes économiques » et enquête sur l’éventuelle responsabilité d’Auchan, ce documentaire montre que les conditions de travail restent peu ou prou les mêmes dans les ateliers de Dacca : immeubles vétustes, salaires de misère, méthodes de fabrication dangereuses, dont le sablage des jeans, pourtant officiellement interdit car facteur avéré de silicose, une maladie pulmonaire mortelle. Une enquête éloquente, qui pose avec insistance la question des responsabilités, au Bangladesh et au-delà.

 

Mots-clefs :, , ,

RF Coax Cable,Fakra connect... |
Kunfeyekun yan sanayi |
Roberts 1990 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Discount rolex watches &...
| Surleterrain
| Dpointgroupbarcelona